Doomsday Engine - Le Bottin des Jeux Linux

Doomsday Engine

Specifications

Title: Doomsday Engine Type: Tool
Genre: Adventure & Action Status:
Category: Adventure & Action ➤ Shooter ➤ Fantasy & Sci-fi ➤ Doom 1&2, Hexen 1, Heretic, Strife Commercial:
Tags: 3D engine; id Tech 1 engine; Doom; Heretic; Hexen; Multi-platform; Action; FPS; Shooter; Adventure; Aliens; id Tech 1 engine; Fantasy; Sci-fi; Survival Horror; Atmospheric; Cult Classic; Replay Value; Weather; Moddable; Level Editor; 3D VR Demo:
Released: Latest : 2.2 / Dev : 2.3 (build3282) / D13fd6f Package Name: doomsday
Date: 2019-12-28 Extern Repo: Flatpak
License: GPL v3 (libraries : LGPL v3) Deb Repo: Debian
View: First person Package: ✓
Graphic: 3D Binary: ✓
Mechanics: Real Time Source: ✓
Played: Single & Multi PDA:
Quality (record): 5 stars Quality (game): 5 stars
Contrib.: Goupil & Louis ID: 10840
Created: 2010-08-20 Updated: 2020-05-26

Summary

[fr]: Un moteur libre et multi-plateforme pour les jeux Doom 1&2, Heretic, Hexen, et dérivés, offrant une expérience de jeu identique à l'original, tout en présentant des améliorations techniques significatives - notamment concernant son interface, la reconnaissance de contenu présent sur votre installation, le graphisme, le multijoueur client/serveur, et le son spatialisé. Une interface magnifique et de grande qualité : très ergonomique, intuitive, complète, avec une aide contextuelle. Excellent ! [en]: A libre and multi-platform engine for Doom 1 & 2, Heretic, Hexen, and derivative games, delivering the same gaming experience as the original, while delivering significant technical improvements - including interface, content recognition, graphics, client / server multiplayer, and spatialized sound. A magnificent and high-quality interface: very ergonomic, intuitive, complete, with context-sensitive help. Excellent!

Videos

Version courante / Current release (2.2) :


Gameplay (SP) (with Resource Pack) : Final Doom, Hexen, Heretic,


Gameplay (MP) [en] :


Quelques projets annexes / Some other projects with Doomsday Engine :
• Doom 3 Resource Pack For Doomsday Engine :


Linux joue / Linux plays : How To Play Classic DOOM On Linux With Doomsday Engine, by AddictiveTipsTV

Links

Website & videos
[Homepage] [Dev site 1 2] [Features/About] [Screenshots] [Videos cv(2.2) pv(2.0) ft ft(2.0) ft(2.0) ft(2.0) ft t ts gd id r lp(2.0.3) mp(2.0) g(2.1 Final Doom with rp) g(2.1 Hexen with rp) g(2.1 Hexen) g(2.1 Heretic with rp) g(2.1 Heretic with rp) g(2.1 Heretic) g(2.0 Doom 1 with rp) g(2.0 Final Doom with rp) g g g g g g g g g g g g g g g g g g g g[fr] g[de] g[ru] g[pl] g[cz] g[sp] g[pt] g[it] g[tr] g] [WIKI] [FAQ] [RSS] [Changelog 1 2 3 4]

Commercial : [Support their work (Donate)]

Resources
• Docs & links : See "Ressources - Doom 1&2, Heretic, Hexen 1&2, Strife" (record on this site)
• Resource Pack (Add-ons) for Doomsday (jHeretic, jDoom, jHexen) : [Doomsday (DOOM Resource Pack (jDRP)) (or Sourceforge repository)]
• Doom 3 Resource Pack for Doomsday Engine (another Add-ons), by IgmarMastermind : [Mod DB (Doom 3 Resource Pack for Doomsday Engine (jD3RPV)] [video]
• Roland SC-55 Music Pack : [video] [Roland SC-55 Music Pack]
Technical informations
[Open Hub] [DoomWiki] [Compiling and running with CMake]

Social
Devs (deng Team [fr] [en]) : [Site 1 2] [mastodon] [twitter] [PeerTube] [YouTube] [Interview 1 2]
Game : [Blog] [Forums] [twitter] [Facebook] [YouTube]

On other sites
[Wikipedia (Doom) [fr] [en] [de]] - [Wikipedia (Heretic) [fr] [en] [de]] - [Wikipedia (Hexen: Beyond Heretic) [fr] [en] [de]] - [Wikipedia (Strife) [fr] [en] [de]]
[JeuxLinux [fr]] [UBUNTU [fr]] [Debian (Doomsday) (game-data-packager)] [Flatpak]

Reviews


News / Source of this Entry (SotE) / News (SotN)
[Changes with v. 2.2 (20191218)] [Gaming on Linux (20191220) (SotN)]

Description [fr]

Un port source pour les jeux Doom 1&2, Heretic, Hexen, et dérivés, par la deng Team : Jaakko Keränen (skyjake) & Daniel Swanson (DaniJ).
Il est basé sur le moteur id Tech 1 d'id Software.

Doomsday Engine (deng) est un moteur libre et multi-plateforme pour les jeux Doom 1&2, Heretic, Hexen, et dérivés, offrant une expérience de jeu identique à l'original, tout en présentant des améliorations techniques significatives - notamment concernant son interface, la reconnaissance de contenu présent sur votre installation, le graphisme, le multijoueur client/serveur, et le son spatialisé. Une interface magnifique et de grande qualité : très ergonomique, intuitive, complète, avec une aide contextuelle. Excellent !

Les jeux supportés par Doomsday :
Doom 1, Doom 2, Ultimate Doom, Final Doom, Heretic, Heretic: Shadow of the Serpent Rider, Hexen, Hexen: Deathkings of the Dark Citadel, HACX et Chex Quest (voir les fiches "ZDoom - [mod ...]").


Le Doomsday Engine est un port source (NdT : un "port source" est un dérivé du code source du moteur original) amélioré de Doom pour les plateformes Windows, Mac OS X et Linux. Il est basé sur le code source de Doom d'id Software, et d'Heretic et d'Hexen de Raven Software. Le Doomsday Engine et les portages associés de Doom, Heretic et Hexen sont en développement depuis 1999. Les premières versions ont été publiées fin 1999 / début 2000. La plupart des travaux de développement ont été réalisés par Jaakko Keränen (skyjake).

Le but du projet est de créer des versions de Doom, Heretic et Hexen dont le ressenti est le même que les jeux originaux, mais qui sont implémentées en faisant appel à des techniques modernes telles que les graphiques 3D et le réseau en architecture client / serveur. L'accent est particulièrement mis sur des graphismes de bonne facture.

Le moteur utilise une structure modulaire pour séparer la logique de jeu du rendu, du son, du réseau et d'autres sous-systèmes de ce type. Cela permet au moteur d'être utilisé avec différents modules de logique de jeu. Celles actuellement disponibles sont dénommées libdoom, libheretic et libhexen, et sont respectivement les ports de Doom, Heretic et Hexen. Un objectif secondaire du projet est de permettre d'écrire de nouveaux modules de logique de jeu avec un minimum d'effort, soit complètement à partir de zéro soit basés sur les modules existants.

Le Doomsday Engine a été écrit en C et C ++. Il utilise OpenGL pour rendre les graphismes avec des objets 3D, des effets de particules et des lumières dynamiques. Il supporte DirectSound3D et pour les effets sonores 3D et les effets environnementaux, et FMOD pour jouer de la musique MP3 / OGG. Il dispose d'un système réseau client / serveur avec lequel les joueurs peuvent rejoindre des parties déjà en cours.



Debian :

Le but du projet Doomsday Engine est de créer des versions de DOOM, Heretic et Hexen qui ressemblent aux jeux originaux, mais implémentés avec des techniques modernes telles que des graphismes 3D et l’utilisation du réseau en mode client/serveur. L’accent a été placé sur l’amélioration des graphismes.
Doomsday Engine (ou en abrégé deng) a besoin d’un IWAD pour fonctionner. Un IWAD commercial peut être installé en utilisant game-data-packager.

Description [en]

"A libre engine for Doom 1&2, Heretic, Hexen, & derivatives, with improvements (interface, content recognition, graphics, ...)" -- Le Bottin

Doomsday Engine

The Doomsday Engine is an enhanced Doom source port for the Windows, Mac OS X, and Linux platforms. It is based on the source code of id Software's Doom and Raven Software's Heretic and Hexen. The Doomsday Engine and the associated ports of Doom, Heretic and Hexen have been under development since 1999. The first versions were released in late 1999 and early 2000. Most of the development work has been done by Jaakko Keränen (skyjake).

The purpose of the project is to create versions of Doom, Heretic and Hexen that feel the same as the original games but are implemented using modern techniques such as 3D graphics and client/server networking. A lot of emphasis is placed on good-looking graphics.

The engine uses a modular structure to separate game logic from the renderer, sound, network and other such subsystems. This allows the engine to be used with different game logic modules. The currently available ones are called libdoom, libheretic and libhexen, and are ports of Doom, Heretic and Hexen, respectively. A secondary goal of the project is to make it possible to write new game logic modules with minimal effort, either completely from scratch or based on the existing modules.

The Doomsday Engine has been written in C and C++. It uses OpenGL to render graphics with 3D objects, particle effects and dynamic lights. It supports DirectSound3D and for 3D sound effects and environmental effects, and FMOD for playing MP3/OGG music. It has client/server networking where players may join games already in progress.


Some Background

The Doomsday project was begun in May 1999 by Jaakko Keränen. The only goal was to create an OpenGL-enhanced port of Hexen. Thus the starting point of the project, named JHexen, was the original Hexen source code, released earlier by Raven Software. The code was for MS-DOS and the Watcom compiler, and there were numerous places where the computer hardware was being accessed directly, for instance the graphics rendering code. Since Win32 was going to be the project's new platform, the incompatible low-level code was replaced with routines from the Allegro game programming library.

The first subsystem to be completely rewritten was the renderer. During the summer of 1999, new texture handling and player view rendering code was written. Much of this code remains even today, but the rendering algorithm has reached a point where future additions like advanced GL techniques (e.g., bump mapping) are difficult to implement without making dramatic changes.

The first version of JHexen was released in the autumn of 1999. All dependencies on Allegro had been removed. DirectX was used for playing sound effects, getting input from game controllers and low-level network code. The majority of all improvements were technical: gameplay remained the same as in the original Hexen, with of course the addition of mouse look. The console, a Quake-style runtime CLI, was also included, and has seen very little improvement since. This means the source code of the console is rather clunky and lacks a coherent style.

Being a fan of Doom and Heretic as well as Hexen, skyjake started looking into the possibility of somehow utilizing the existing JHexen code to produce ports of those two games. During the spring of 2000, the JHexen project changed focus and became the Doomsday Engine. After studying the Doom and Heretic source code and finding them to be very similar to each other, it was decided to extract the common parts of all the three games and create a game-independent engine out of them. This took a couple of months to get working. In retrospect, too much of the code in the game modules and the engine became little more than a collection of subsystems: graphics, sound, input and low-level networking. Since then, a major trend in the development of the engine has been to further unify the code bases and move common code into the engine.

The source code of the Doomsday project is a combination of the original Doom, Heretic and Hexen sources and my own code. Due to the large size of the code bases, little effort has been spent on unifying the code stylistically. This means the modules of the project do not share a common style.

Features

Liste (succinte) des fonctionnalités :

☑ Accélération graphique, rendu OpenGL,
☑ Éclairage dynamique,
☑ Textures hautes résolutions,
☑ Modèles 3D,
☑ Son 3D,
☑ multijoueur en LAN ou en ligne, possibilité de rejoindre une partie commencée, mods dédiés pour le mode multijoueur,
☑ Console,
☑ Support de l'interface Snowberry (interface de paramétrage pour le moteur Doomsday), ...




● Games
The Doomsday Engine supports the following games:
☑ Doom (id Software) using jDoom
• Shareware Doom v1.9
• Registered Doom v1.9
• Ultimate Doom
• Doom 2
• Final Doom
☑ Heretic (Raven Software) using jHeretic
• Shareware Heretic
• Registered Heretic
• Heretic: Shadow of the Serpent Rider
☑ Hexen (Raven Software) using jHexen
• Hexen 4-Level Demo
• Hexen v1.1
• Hexen: Deathkings of the Dark Citadel

● User interface:
☑ Overlaid task bar
☑ In-game command console
☑ Graphical control panel
☑ Game selection screen for runtime game changes (e.g., from DOOM to Heretic)
☑ On-the-fly add-on resource loading
☑ Flexible input control bindings system
☑ Built-in updater for easy upgrades

● Graphics:
☑ OpenGL based renderer
☑ Dynamic ambient occlusion (corner shadowing) for world surfaces
☑ Dynamic lights and halos and lens flares
☑ Dynamic shadowing effects for world objects
☑ Particle effects system
☑ 3D models for world objects (with per-vertex lighting and multiple light sources), skies, skyboxes, and particles
☑ Automatical world surface (light) decorations
☑ Detail texturing, shine and glowing effects for world surfaces
☑ Fogging and vignette effects
☑ Environmental mapping effects for 3D models and world surfaces
☑ World movement smoothing (actors, monsters, missiles, surfaces) to remove the original games' limitation of 35 FPS
☑ Smart texture filtering using a modified hq2x algorithm
☑ Stereoscopic rendering modes: anaglyph, side-by-side, cross-eye and parallel viewing
☑ Support for Oculus Rift

● Resources:
☑ Flexible containters: WAD, ZIP, native folder: any resource can be loaded from any container type
☑ High-resolution textures: PNG, JPG, TGA, PCX
☑ 3D models: MD2, DMD with LOD support
☑ External music files in MP3 and other formats
☑ Plain text definitions that all share the same syntax
☑ Internal BSP builder (originally based on glBSP)

● Audio:
☑ Plugin based driver architecture
☑ Uses FMOD Ex for audio playback (sound effects, music, CD audio tracks)
☑ Supports the open source SDL_mixer for sound effects and music files
☑ DirectSound3D, EAX 2.0, Windows Multimedia (for MIDI)
☑ External music files in MP3 and other formats
☑ 3D positional sound effects
☑ Environmental echo and reverb effects
☑ Runtime sound effect resampling to 22/44 KHz with 8/16 bits

● Multiplayer:
☑ TCP-based client/server networking
☑ Automatical discovery of servers running on the local network
☑ Central master server for discovery of servers on the internet
☑ Standalone server running as a daemon/background process
☑ Standalone Doomsday Shell tool for server management (both local and remote)
☑ Supports up to 15 player games
☑ Clients can join games in progress
☑ In-game chat and server management (via a shell login)

● Other:
☑ Open source: software developers should visit the Getting Started page
☑ Cross platform
☑ Plugin based extensible architecture
☑ Snowberry: GUI frontend based on game profiles; for managing custom maps, resource packs, add-ons, and starting different game configurations easily (written in Python)

Installation [fr]

INSTALLATION :

DU MOTEUR :

➥ Installation à partir du binaire du jeu :

(✔ v1.15.8) À partir des dépôts Debian
Le jeu est en dépôt, il suffit d'installer le paquet.

(✔ v.2.2) À partir du site du jeu
Un paquet Debian 64-bit est disponible sur le site, il suffit de l'installer via gdebi (en dépôt) en cliquant (clic gauche) simplement sur le paquet.

(✔ v.2.2) À partir du lien Flatpak
Un binaire au format Flatpak est disponible.

▸ Installation du binaire au format Flatpak :
L'installation du gestionnaire de paquets Flatpak est décrite sur la fiche "0 03 - Glossaire & licences courantes", en résumé :
• Si ce n'est déjà fait, installez flatpak : # apt install flatpak gnome-software-plugin-flatpak qt5-default
• Si ce n'est déjà fait, installez le dépôt officiel flatpak : # flatpak remote-add --if-not-exists flathub https://flathub.org/repo/flathub.flatpakrepo

Après avoir installé Flatpak, redémarrez votre PC (nécessaire), puis lancez l'installation de l'application souhaitée via le bouton "Install" sur le site internet dédiée (voir le lien "Flatpak" sur cette fiche).
↪ vous obtenez le raccourci "" dans le menu des applications de votre gestionnaire de fenêtre (section "Jeux").

Les données des applications installées via Flatpak sont copiées dans : ~./local/share/flatpak/

⚠ Si au lancement de votre application il ne se passe rien, copiez son raccourci en console pour voir le message d'erreur obtenu. Si vous obtenez le message "Could not initialize GLX", en console lancez : $ flatpak update
puis relancez votre application.

Si votre application nécessite des données externes au paquet Flatpak (exemple : les données d'un jeu), elle risque de rencontrer des difficultés à les trouver du fait de l'isolement de ce conteneur vis à vis de l'arborescence de votre système. Dans ce cas, copiez ce répertoire (exemple : doom2/) dans le répertoire Flatpak de votre application : ~./local/share/flatpak/app/votre_jeu (exemple : net.dengine.Doomsday)/current/active/files/


(✔ v2.1.0 du 11/12/2018) ➥ Installation à partir du source du jeu :

Si vous souhaitez quelque-chose de récent (versions de développement), la compilation du source est généralement indispensable.
• Installez au préalable les paquets suivants : # apt install cmake-qt-gui libassimp-dev libqt5x11extras5-dev libqt5core5a libqt5network5 libqt5gui5 libqt5opengl5-dev libqt5widgets5
• Optionnel : # apt install libxrandr-dev libxxf86vm-dev libopenal-dev
• Installez les bibliothèques SDL (voir la fiche "006 - Glossaire & licences courantes" du Bottin).

• Téléchargez son source via l'une ou l'autre des commandes suivante pour obtenir :
(non testé) - la version la plus récente (de développement, non stable, potentiellement non fonctionnelle) : $ git clone https://github.com/skyjake/Doomsday-Engine
✔ - une version publiée (stable sauf les playtests, exemple ici, la "playtest-20190106", à adapter à votre cas) : $ git clone -b "v2.1.0" --depth 1 --recursive https://github.com/skyjake/Doomsday-Engine
(nom_de_la_release : à remplacer par le nom d'une release valide indiquée sur la page GitHub dans la section "Release")

• En console lancez :
$ /usr/bin/cmake-gui

Sous l'interface de cmake renseignez les champs suivants :
Where is the source code: /mnt/DDprc/Download/Doomsday-Engine/doomsday (adaptez à votre cas)
Where to build the binaries: /mnt/DDprc/Download/Doomsday-Engine/doomsday/build (adaptez à votre cas)
- Cliquez sur le bouton "Configure"
- à l'ouverture de la fenêtre pop up, à Specify the generator for this project :
Unix Makefiles
et "Use default native compilers"
- Cliquez sur le bouton "Finish"
➥ il va créer plusieurs lignes de paramétrage
- à la ligne : CMAKE_BUILD_TYPE saisissez : Release
- Cliquez sur le bouton "Generate"
- Quittez l'interface (menu File ➜ Exit)

• Dans son répertoire Doomsday-Engine/doomsday/build/ lancez :
$ make
(ou, pour accélérer la compilation, "$ make -j8" si vous disposez d'un processeur 8 threads, à adapter pour vous)
➥ À l'issue de la compilation, les binaires se trouvent dans :
- Doomsday-Engine/doomsday/build/apps/client/ qui contient :
doomsday-2.1.0 (le binaire)
doomsday (un lien symbolique vers le binaire ci-dessus)
- Doomsday-Engine/doomsday/build/apps/server/ qui contient :
doomsday-server-2.1.0 (le binaire)
doomsday-server (un lien symbolique vers le binaire ci-dessus)
- d'autres livrables (bibliothèques et fichiers pk3 qui se trouvent dans Doomsday-Engine/doomsday/build/apps/libdoomsday et dans les sous-répertoires de : Doomsday-Engine/doomsday/build/apps/plugins

☠⚠ à la version 2.1 la commande suivante ne sait pas revenir en arrière (le # make uninstall ne fonctionne pas), elle copie des tas de fichiers un peu partout et si vous voulez désinstaller ces fichiers il vous faudra le faire à la main, fichier par fichier (et il y en a beaucoup) : vous êtes prévenus !
• L'installation dans les répertoires système est nécessaire (indispensable) via la commande suivante :
# make install
(Cette dernière commande est à lancer avec les droits de l'utilisateur root).


DES DONNÉES :

➯ Indispensable pour jouer : il vous faut un IWAD.
C'est un fichier (extension ".wad"), ou plus exactement un conteneur contenant des cartes, textures et sons.
Vous pourrez l'obtenir en achetant le jeu correspondant (voir les fiches dans le Bottin), et/ou en installant des données alternatives libres et/ou gratuites :

• Données commerciales : sur les fiches Ultimate DOOM (Doom 1), Doom II: Hell on Earth (Doom 2), Heretic: Shadow of the Serpent Riders (Heretic 1), Heretic 2, HeXen: Beyond Heretic (Hexen 1) et HeXen II, vous trouverez des liens vers les jeux commerciaux en version Windows, et des liens vers des démos gratuites (également en version Windows) pour vos tests. Le livrable correspondant (un ensemble de fichiers, répertoires et exécutable Windows) contient notamment le fichier ".wad".
Il suffit d'indiquer au moteur Doomsday l'emplacement du répertoire où se trouve ce fichier ".wad".

• Données libres pour DOOM : Freedoom (fiche dans le Bottin).
• Données libres pour Heretic : Blasphemer (fiche dans le Bottin). Début 2017 le projet en est encore au stade alpha mais un 1er livrable est disponible, non testé).
• Données libres pour Hexen : Zauberer (fiche dans le Bottin). Début 2017 le projet ne propose pas encore de livrable.
• Données gratuites pour HacX : HacX (fiche dans le Bottin).
• Données gratuites pour Chex Quest : voir la fiche GZDoom (section "Resources"). Les 3 opus font l'objet d'un développement spécifique pour GZDoom, il semble préférable d'utiliser ce moteur.

De nombreuses documentations et ressources sont répertoriées sur la fiche "Ressources - Doom 1&2, Heretic, Hexen 1, Strife".

L'installation de ces données se fait directement depuis l'interface (très élaborée) de Doomsday Engine (où vous lui indiquez le répertoire où elles se trouvent et cette interface se charge de les affecter aux bons lanceurs).

C'est tout.

➯ Optionnel - intégrer des données commerciales dans le système de paquetage Debian (via le paquet game-data-packager, lien ci-dessus) :
Il est possible (non testé) d'intégrer vous-même des données commerciales dans votre système de paquetage Debian en construisant un paquet Debian grâce à l'utilitaire game-data-packager.

➯ Optionnel - amélioration de l'aspect visuel et sonore (fichiers jDRP.pk3 et jDRP.ded, des ressources améliorant l'aspect sonore et graphique du jeu) :
De nombreuses ressources sont disponibles sur le site (section "Add-ons") de Doomsday Engine (musiques, packs haute résolution, ...).
Exemple de Doom : copiez vos fichiers jDRP.pk3 et jDRP.ded (fichiers inclus dans le "DOOM Resource Pack (jDRP)", lien ci-dessus) dans /usr/local/share/deng/data/jdoom/


LANCEMENT DU JEU :

• Si vous avez installé le jeu à partir d'un paquet : Alt F2 puis saisissez : doomsday
• Si vous avez installé le jeu à partir d'un paquet Flatpak, il vous suffit de lancer le jeu depuis le menu des applications (menu "Applications" ➜ "Jeux") ou depuis gnome-software (menu "Applications" ➜ "Outils système" ➜ "Logiciel")

(Le binaire des paquets Debian est : /usr/games/doomsday)

Pour le graphisme haute résolution, avec les packs "Resource Pack" :
• Pour Doom :
En console, lancez :
$ /usr/local/bin/doomsday -game jdoom -file }data/jdoom/doom2.wad }data/jdoom/jDRP.pk3 -def }data/jdoom/jDRP.ded

Paramétrage de doom : dans le jeu voir le menu OPTIONS>CONTROL PANEL.

• Pour Hexen :
En console, lancez :
$ /usr/local/bin/doomsday -game jhexen -file }data/jhexen/hexen.wad

Test [fr]

Test (paquet Flatpak / paquet Debian du site : 2.2 / version compilée : 2.1 / version des dépôts : 1.15.8) par goupildb :

Configuration utilisée:
Debian Testing 64-bit
CPU : AMD Ryzen 7 2700X (8 coeurs)
Carte graphique : GeForce RTX 2070
RAM : 32Go
Joystick : Logitech Rumblepad (2 pads analogiques, un pad numérique, et retour de force).

(test de fonctionnement)
(Doc d'installation mise à jour à l'occasion de ce test)

☯ Facilité d'installation

Dépôts Debian : v. 1.15.8 du 01/02/2016
Le moteur est dans les dépôts Debian, mais elle est dans une version (v.1.15.8) trop ancienne actuellement.

Compilation du source : v.2.1 du 11/12/2018
J'avais testé précédemment la compilation du source.
Cette compilation se passe bien et n'est pas trop compliquée, néanmoins je vous la déconseille car elle nécessite une installation avec les droits root (pour le "# make install" nécessaire) et qu'à la version 2.1 (non testé par la suite), le "# make uninstall" ne fonctionnait pas, m'obligeant à passer un bon 1/4 d'heure à supprimer manuellement tous ses fichiers (ils sont nombreux).

Paquet Debian du site : v. 2.2 du 18/12/2019
C'est actuellement la meilleure option à retenir.
Un paquet Debian 64-bit est disponible sur le site, il s'installe en cliquant dessus grâce à Gdebi. Pas de souci de dépendances externes, c'est très bien.
L'interface très soignée avec aide contextuelle précise qu'il est nécessaire de lui fournir les données du jeu.
Je le teste en lui fournissant les données de Doom2 : il les reconnaît et propose le jeu dans la liste des jeux supportés : excellent !

Paquet Flatpak du site : v. 2.2 du 18/12/2019
J'ai aussi testé la version Flatpak. Le paquet flatpak étant isolé du système, il est nécessaire de copier les données des jeux (Doom, Hexen, ...) dans les répertoires d'installation de flatpak (voir la section "Installation" ci-avant). Le paquet fonctionne bien.


☯ Réalisation (paquet Debian v. 2.2 du 18/12/2019)
• Graphisme & interface :
L'interface démarre avec une aide contextuelle et les menus Doom / Heretic / Hexen / Other / Multiplayer / Mods affichant les contenus trouvés (dans les répertoires classiques du système) et permet de lui spécifier assez facilement où se trouvent les contenus (une fois trouvés, une vignette du jeu est affichée : très bien).
L'interface est magnifique et de grande qualité : très ergonomique, intuitive, complète, avec une aide contextuelle.

• Son : pas de souci, tout fonctionne (fini les problèmes avec la bibliothèque FMOD, le moteur ne l'utilise plus).

• Fiabilité / Robustesse : tout semble bien fonctionner.

• Support des périphériques :
Sous Doom : dans un premier temps je n'étais pas parvenu à l'utiliser avec le joystick, n'arrivant pas à lui faire reconnaître correctement le stick droit. Après avoir tout repris le lendemain, j'y suis arrivé. En fait il vaut mieux effacer les définitions des touches précédentes (avec la touche "Suppr") car elles se perturbent entre-elles.
Néanmoins le jeu avec le joystick ne me semble pas le meilleur choix, car j'ai l'habitude d'y jouer avec la combinaison du clavier (pour le strafe droit/gauche et avant/arrière avec les touches fléchées) et la souris pour les mouvements droite/gauche, haut/bas et le tir.

Quelques conseils :
- avant de paramétrer une action (exemple : strafe gauche), commencez par effacer (en appuyant sur la touche "Suppr") les définitions des touches précédentes pour l'action en cours puis saisissez la touche souhaitée (sinon vous avez toutes les chances d'obtenir un méli-mélo d'actions non désirées).
- il est inutile (et même contre-productif) de paramétrer les actions conjuguées de direction (droite/gauche, haut/bas), exemple : pour le déplacement à droite avec la souris, commencez par supprimer les paramétrages précédents (avec la touche "Suppr") pour les touches droite et gauche, puis sélectionnez la commande pour aller à droite, il vous demande de réaliser l'action correspondante, il vous suffit de diriger votre souris vers la droite, la commande s'enregistre et vous remarquerez que la commande pour aller à gauche a aussi été automatiquement paramétrée. Même manipulation pour le strafe et les touches haut/bas.

☯ Gameplay
Le gameplay est celui du jeu d'origine, sans modification. Néanmoins un pack de graphisme de qualité permet d'en améliorer grandement l'aspect (non testé cette fois-ci mais déjà testé antérieurement).


Côté ☺ :
• L'interface est magnifique et de grande qualité : très ergonomique, intuitive, complète, avec une aide contextuelle. Elle offre des menus très "pros".
• L'intérêt majeur de ce moteur / cette interface est de permettre de jouer aux différents jeux basés sur le moteur id Tech (Doom, Hexen, Heretic) rapidement et aisément, sans quitter l'interface
• Des fonctionnalités originales et très intéressantes (non testées ici, voir les vidéos).
• Son pack de ressources lui apporte un graphisme de qualité (non testé cette fois-ci mais déjà testé antérieurement).

Côté ☹ :
• v. 2.1 : La compilation du source nécessite de passer par la case "# make install" qui installe des fichiers un peu partout et ne sait pas ensuite les enlever.
• v.2.2 : En jeu, le paramétrage des touches est un peu délicat (il est néanmoins tout à fait fonctionnel) du fait que les touches peuvent être multiples pour une même action. Il vaut mieux effacer les actions précédentes avant d'en redéfinir d'autres.


☯ Conclusion :
Le moteur et l'interface sont très aboutis. Jusqu'à cette version 2.2 je ne parvenais pas à l'utiliser correctement, mais c'est à présent du passé.
Un très bon moteur avec une interface très claire. Le gros intérêt ici est celui de l'interface de très bonne qualité et son intégration. Elle permet en effet d'installer puis de lancer tous les jeux basés sur le moteur de Doom (Doom 1& 2, Hexen, Heretic, mods) en solo ou en multi depuis une unique interface.
Cette interface est magnifique et de grande qualité : très ergonomique, intuitive, complète, avec une aide contextuelle.
Un grand bravo et merci à ses auteurs pour cet énorme travail (20 ans en décembre 2019 !).